• La bastide de Bretenoux est située sur la rive gauche de la Cère. Dès le haut Moyen Age, le cartulaire de Beaulieu mentionne l'exis­tence d'un domaine agricole, la villa Bretenoro ainsi que des terres nommées Orlinda. Au XIIIem siècle, c'est à cet emplace­ment que Guérin, seigneur de Castelnau, l'une des plus puis­santes familles du Quercy, fonde la bastide de Villafranca d'Orlinda qui permet le regroupement des populations jusque là dispersées sur le territoire de la seigneurie. Par l'octroi d'une charte de coutumes, dès 1277, les différents articles fixent les dispositions relatives aux libertés relevant du droit civil ou crimi­nel, à la fixation d'impôts ou au droit d'élire des consuls pour gouverner la ville. (Extrait du site officiel de la ville de Bretenoux).

    SITUATION DE BRETENOUX   UNE PETITE HISTOIRE   POUR SE GUIDER

    Situation nationale

    Situation locale

     

    Depuis 6 ans, Fabrice et Virginie Lanzi, dans leur chalet «Pizza Autentica», régalent les amateurs de pizzas à Bretenoux. Comme chaque année depuis maintenant trois ans, fin mai, ils ont participé aux championnats de monde qui se sont déroulés à Parme. C'était pour eux l'occasion de bonifier leur travail et l'occasion de découvrir les secrets de l'excellence dans le domaine de la pizza. Samedi 6 juin à leur retour nous les avons rencontrés. (Extrait de la Depêche)

     

     

    OFFICE DE TOURISME VALLÉE DE LA DORDOGNE
    Cour du Prieuré
    46110 Carennac
    Tél. 05 65 33 22 00
    SITE INTERNET 

    MAIRIE DE BRETENOUX
    22 Avenue de la Libération
    Bretenoux
    Tél. 05 65 10 99 99
    SITE INTERNET 


    L'entrée de Bretenoux et la rivière "La Cère"

    Bretenoux et son histoire

    Par l’octroi d’une charte de coutumes, dès 1277, les différents articles fixent les dispositions relatives aux libertés relevant du droit civil ou criminel, à la fixation d’impôts ou au droit d’élire des consuls pour gouverner la ville. Elle détermine également l’organisation du commerce. Dès l’origine, un marché est prévu les mardis et samedis, (il est toujours maintenu de nos jours) et des foires de trois jours chacune aux fêtes de l’Assomption et de Sainte Catherine, sainte patronne de l’église. Protégée par les hauteurs du château qui présida à sa fondation, située à la rencontre de la vallée de la Cère et d’une route reliant Figeac à Tulle, Bretenoux a bénéficié d’un site de plaine propice à un urbanisme régulier privilégiant le tracé orthogonal. Particulièrement bien conservé, le réseau s’organise autour des carreyrats (rues charretières qui joignent la place à l’extérieur), des carreyrous (ruelles d’environ 2 mètres réservées à la circulation piétonne) et des andrones (espaces entre deux habitations destinés à recevoir les eaux usées). La place des Consuls, destinée aux échanges commerciaux, n’occupe pas une position centrale. Autrefois bordée par la maison commune (ultérieurement transformée en chapelle des Pénitents Bleus puis démolie), elle présente encore une belle suite de couverts. Elle a conservé un pavement de galets et l’ancien puits. Dans la bastide, de nombreuses maisons des XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles témoignent de la richesse passée. La bastide présente des vestiges de remparts et conserve la porte dite « de la Guierle », témoignages des fortifications. »

     

    Le château de Castelnau-Bretenoux

    Le château se dresse à l’extrémité d’un plateau rocheux formant un éperon grâce à la présence d’une faille naturelle. Dominant le pays dit des quatre rivières, il fut le siège d’une importante baronnie issue de l’aristocratie carolingienne quercynoise - la famille des Castelnau de Bretenoux - déjà en possession d’une résidence fortifiée dans les environs au 11e siècle. Au cours des 14e et 15e siècle, le château adopte sa configuration définitive. La famille de Clermont-Lodève qui a hérité de la baronnie en 1530, entreprend d’importants travaux d’embellissement de l’austère château au milieu du 17e siècle. Ce château est l’un des plus beaux exemples de l’architecture militaire du Moyen Age.

    L'église Saint Catherine

    L'édification de l'église Sainte-Catherine doit être reliée à la fondation de la ville nouvelle de Villefranche d'Orlinde (au-jourd'hui Bretenoux), par Guérin de Castelnau, peu avant 1277. L'église de la bastide a longtemps été une simple annexe de Notre-Dame de Félines (commune de Prudhomat), jusqu'à ce qu'elle soit élevée au rang d'église paroissiale, en remplacement de l'église mère, au 18e siècle. Bien que l'édifice soit souvent attribué à l'époque moderne, son analyse montre qu'il conserve d'importantes parties du Moyen Age, dont le chevet datable du dernier quart du 13e siècle, et donc contemporain de la fondation de la ville. Une première chapelle a été ajoutée au nord sans doute au 14e siècle ou au tout début du 15e siècle, puis une deuxième au sud au cours du 15e siècle.

    Comme à chaque fois n'hésitez pas à vous rendre à l'Office de Tourisme. Celui de Bretenoux vous remettra un plan de visite du site de Bretenoux. Pour les autres renseignements touristiques du village (hôtels, gîtes, restaurants le même service se tient à votre disposition.

    Découvrez ce que vous pouvez faire avant de repartir de Bretenoux Que faire avant de repartir de ce joli site ?

    LIEN de VOTE

    Votez pour le blog du Petit Randonneur
     
    Merci

     

    Un clic pour ouvrir l'album photos

     
     
    Partager via Gmail Blogmarks Pin It

    57 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires