• ClicUn clic pour vous rendre sur le site officiel des Plus Beaux Villages de FranceAutrefois village de pêcheurs, La Flotte est aujourd’hui une étape incontournable de votre découverte de l’Île de Ré, classé «Plus Beaux Villages de France » pour son patrimoine et son architecture remarquable, ses venelles étroites et fleuries, son marché d’inspiration médiévale et le charme de son port.

    Au Moyen-âge, La Flotte vit de la culture de la vigne avec l’installation des moines de l’Abbaye des Châteliers. La Flotte est un village historique qui invite ses visiteurs à flâner le long du port ou sous les platanes du Cours Félix Faure sous le regard des vieilles demeures du XVIIIème siècle.

     SITUATION   NE PAS SE PERDRE     A PROPOS DU PHARE DES BALEINES

    Situation nationale

    situ locale

     

     BUREAU DU TOURISME
    Quai de Sénac
    17630 La Flotte
     05 46 09 00 55
    SITE WEB

    HÔTEL DE VILLE
    25 Cours Félix Faure
    17630 La Flotte
     05 46 09 60 13
    SITE WEB

     

    Le phra des baleinesAux Baleines, jusqu’à l’électrification du phare par secteur vers 1940, la surveillance du feu imposait la présence de plusieurs gardiens. Ceux-là étaient logés dans les divers bâtiments du parc prévus à cet effet. Mais la vie en communauté n’était pas toujours rose et les relations entre ces dames et ces messieurs n’étaient par toujours des plus harmonieuses…
    Le 3 juin 1886, un rapport du maître de phare signale le comportement peu respectueux de l’un de ses collègues, Eloi D.. Il dit : « Le 3 mai à 10 heures du soir, le gardien chauffeur D. étant de service aux machines se mit à chanter tellement fort que j’ai dû l’inviter à cesser ses chants en lui faisant observer qu’il pouvait troubler le repos des gardiens et de leur famille. Un quart d’heure après, étant dans ma chambre, je l’ai entendu chanter et plus fort probablement car toutes les portes étaient fermées. ». Le 1er juin, D. a été retrouvé endormi pendant son service. Il a donc été puni.


    Le petit port de la Flotte en Ré

     Un peu d’histoire

    « De ports en ports », car depuis le Moyen Âge, le port de La Flotte n’a pas toujours été là où il se situe aujourd’hui. Au moins trois ou quatre sites du littoral flottais sont reconnus pour avoir joué un rôle portuaire : port Chauvet, port La Prée, port vieux et le port actuel creusé au XVIIIe siècle au point de plus bas de la commune. Plusieurs posters évoquent le passé militaire en leur temps des différents ports flottais, le départ des protestants pour de nouvelles terres outre-Atlantique, etc. Cela sans oublier la période de prospérité commerciale inféodée à des échanges fleurissants avec les pays du nord de l’Europe et les colonies. D’autres panneaux sont quant à eux consacrés à la place importante qu’occupait encore dans la première moitié du XXe siècle la pêche dans l’économie flottaise.

    Le marché de La Flotte

    Le marché le plus atypique de l’île de Ré !

    Avec ses étales couvertes d’appentis de bois et de tiges de bottes, le tout dévoilant une petite place pavée, le marché d’architecture d’inspiration médiévale, situé au cœur des rues piétonnes, offre charme et convivialité.
    Cette cour pavée, au centre de laquelle se tenait autrefois un puits, entourée par ses pittoresques halles, s’anime chaque matin grâce aux commerçants toujours au rendez-vous ! C’est la rencontre des couleurs, des saveurs, des odeurs et de la bonne humeur !

    ClicNicolas Martiau, fondateur de Yorktown, s’il est bien connu de nos jours, le doit à ses célèbres descendants : George Washington et la reine Élisabeth II ! Prodigieuse destinée que celle de cet homme qui s’exila d’abord en Angleterre puis aux États-Unis.

    Né en 1591, dans l’île de Ré à coup sûr, mais avec moins de certitude quant à la commune qui pourrait être aussi bien Saint-Martin que La Flotte où se trouvaient les communautés protestantes, Nicolas Martiau est issu d’une famille d’armateurs aisés et calvinistes. Les persécutions pratiquées à l’époque contre l’église réformée pourraient expliquer son départ vers l’Angleterre en 1621. Sa famille, comme tous les négociants de l’île, est en relation avec les commerçants et marins anglais fréquentant les ports rétais et l’anglais lui est une langue familière.

     

    L'église sainte Catherine

    Au XIIe siècle, à l'emplacement actuelle de l'église Sainte-Catherine, se trouvait - dit-on - une petite chapelle rattachée au château voisin des seigneurs de Mauléon. Cependant, les moines de l'abbaye cistercienne de Saint-Laurent à l'est (voir l'abbaye des Châteliers) et ceux de Saint-Martin à l'ouest suffisaient à la petite population locale. Lors de la guerre de Cent Ans, le bourg de la Flotte fut pillé de nombreuses fois et l'église a dû en souffrir. La restauration s'engagea dans la 2e moitié du XVe siècle.
    Pendant les guerres de Religion, elle fut dévastée par les protestants en 1575, puis relevée par les habitants qui obtinrent d'Henri IV qu'elle devienne une paroisse et ne soit plus fille de la paroisse de Saint-Martin. En 1627, les Anglais occupèrent l'île et, au vu des documents d'époque portant trace de réparations, mirent à mal l'église. En 1741, elle est agrandie. En 1789, les Révolutionnaires volent les ornements et le mobilier (les statues avaient déjà été détruites par les huguenots). L'église Sainte-Catherine sera rendue au culte catholique un peu avant le Concordat de 1801.

    Hébergement Restaurants Activites Patrimoine

    Un clic pour ouvrir l'album photos

     
     
    Partager via Gmail Blogmarks Pin It

    51 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires