• L’histoire de l’abbaye de Landévennec émerge de l’incertitude au début du IXe siècle en pleine période de renaissance carolingienne. En septembre de l’année 818 Louis le Pieux, fils de Charlemagne mène campagne contre le chef breton Morvan en bordure de l’Ellé en forêt de Priziac (actuel Morbihan) et à cette occasion convoque l’abbé de Landévennec pour l’interroger sur la règle de vie des moines de son monastère. L’abbé lui ayant répondu qu’ils suivent les usages scots, l’empereur lui demande d’adopter la Règle de saint Benoît en usage partout ailleurs dans l’empire depuis que Benoît d’Aniane, son conseiller, a préparé et mis en œuvre cette réforme religieuse (817). Le Cartulaire de Landévennec conserve une copie de la lettre que Louis le Pieux envoie alors aux évêques de Bretagne pour les avertir de cette entrevue et de cette décision. Ce souci de communication suggère que la réforme imposée à Landévennec devait par suite s’appliquer à tous les monastères de Bretagne.

    SITUATION     RENSEIGNEMENTS DIVERS   LE KORRIGAN, ISSU DU FOLKLORE BRETON

     Situation nationale

    Situation locale

     

    MAIRIE DE LANDEVENNEC
    Place de la Mairie
    29560 LANDEVENNEC
    Tél. 02.98.27.72.65
    SITE WEB

    OFFICE DE TOURISME DE LANDEVENNEC
    rue St Guénolé
    29560 LANDEVENNEC
    Tél. 02.98.27.78.46 (saison) / 02.98.27.72.65 (mairie)

       D'apparence chétive, ils vivent en Bretagne exclusivement, et sont présents sur le château de Dinan, en Presqu'île de Crozon. Ils sont très respectés par la population pour leur courage et leur ingéniosité.
    Le mot korrigan signifie "petit nain", du breton korr = nain, suivi du diminutif ig et du suffixe an, avec le pluriel breton ed = Korriganed. On les appelle aussi Poulpikets, Kornandons ou Ozégans.
    Les Korrigans sont les gardiens des trésors des collines. Ils sont extrêmement riches, mais aussi incroyablement avares. La légende leur donne des capacités d'alchimistes, ce qui expliquerait leur richesse.
    Ces lutins sont des esprits prenant l'apparence de nains dans la légende celtique et plus particulièrement bretonne. Parfois bienveillants ou malveillants, on les décrits ayant une magnifique chevelure et des yeux rouges lumineux pour ensorceler les mortels, ou comme petits, noirs et velus, coiffés de chapeaux plats avec des rubans de velours, voire même possédant une grosse tête fort laide et très ridée.
    Ils hantent surtout les sources et les fontaines.
    Peu actifs en hiver, une légende bretonne raconte qu'à l'arrivée des beaux jours, ils appellent les mortels à la tombée de la nuit pour les faire venir autour d'un feu où dansent des korrigans. Ce rituel leur permet d'augmenter la puissance de certains de leurs pouvoirs. Si le mortel invité se joint à leur danse, il se fait entrainer dans un piège où il finit tué ou envoyé dans une ...


    Ruines de l'ancienne abbaye de Landévennec

    Landévennec… aux origines de la Bretagne

    Situé au creux d’un vallon, au bord de l’Aulne, le monastère de Landévennec a été fondé, selon la légende, par saint Guénolé et 11 disciples à la fin du 5e siècle. Des origines, les archéologues ont découvert quelques traces: un petit oratoire entouré d’un cimetière.

    Le monastère se développe dans les siècles suivants. Il devient, au 9e siècle, un lieu essentiel pour la culture bretonne : les moines adoptent la règle de saint Benoît, copient de nombreux livres, possèdent un domaine étendu. Malgré ses fortifications, le monastère ne résiste pas à un raid viking qui, en 913, met fin à ce petit « âge d’or ».

    Contraints à plusieurs décennies d’exil, les moines reviennent, rebâtissent, agrandissent. Au fil des siècles, les reconstructions du monastère se succèdent, laissant chacune des traces mises au jour par les archéologues.

    La communauté est dispersée à la Révolution. Vendue comme bien national, l’abbaye devient une carrière de pierres au début du 19e siècle. Dans les années 1950, les moines de Kerbénéat s’installent près de l’endroit où ont vécu leurs prédécesseurs pendant presque 1300 ans.

    Un clic pour ouvrir l'album photos

     

    Le musée : des choses à voir sur place

    Le site et le musée

    Fondée au tournant des 5e et 6e siècles, l’abbaye de Landévennec est la fondation monastique la plus ancienne attestée en Bretagne. Située à une centaine de mètres en contrebas du « nouveau » monastère construit dans les années 1950, l’Ancienne abbaye est aujourd’hui un site archéologique et un musée. Près de 25 ans de fouilles y ont révélé 13 siècles d’histoire bretonne.

    Le Jardin

    La présence d’une nappe d’eau souterraine, sous le site archéologique de l’Ancienne abbaye, a permis de conserver des graines et des fruits datant des 7e au 13e siècles. Les scientifiques ont pu établir la liste d’une centaine de plantes qui se trouvaient dans l’environnement du monastère à cette période. La découverte de traces de Pêcher, de Vigne ou d’Aneth invitent à penser que, très tôt, les moines de Landévennec possédaient un jardin et un verger. L’étude des textes sur les plantes écrits au Moyen Age a permis de vérifier l’utilisation des plantes identifiées par les scientifiques et de la compléter par d’autres plantes utilisées à cette période.

    L'exposition

    Si l'on sait que la Bretagne fut autrefois un duché rendu célèbre par Anne de Bretagne, le royaume qui l’a précédé reste peu connu. Pour beaucoup, les noms de Nominoë, Erispoë et de Salomon semblent s'évanouir dans les brumes du temps. Qui peut situer les règnes de ces chefs ou dire lesquels portèrent le titre de roi ? C’est cette page d’histoire prestigieuse mais oubliée que le musée de Landévennec aborde à travers cette exposition temporaire.

    En famille

    Lundi, 14h30 ● Enluminure (6-12 ans)  Les manuscrits du début du Moyen Age sont souvent ornés de motifs abstraits. L’atelier permet aux enfants de découvrir l’histoire de ces motifs comme les entrelacs et les techniques utilisées par les artistes médiévaux, fabrication de pigments et de liants, peinture à l'oeuf et reproduction personnelle d'une page d'un manuscrit.

    Mardi & vendredi, 14h30 ● L’archéologue (6-12 ans) Fouillé pendant près de 25 ans, le site de l'Ancienne abbaye a livré de nombreuses traces sur la vie des moines de Landévennec du début du Moyen Age à la Révolution. Cuisines, remparts, sépulture... armés de truelles et de pinceaux, les enfants découvrent l'histoire de l'abbaye comme de vrais archéologues.

    Concerts et événements

    Profitez des concerts et spectacles qui sont donnés sur place ou dans les environs. Réservez vos billet.

     
     
    Technorati Pin It

    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires