• CIRCUIT DU COL DE L'ARPETTAZ a BOEGNEUVE (A/R) (Savoie - 73)

    Au col de l'ArpettazLE COL DE L'ARPETTAZ

    Le Col de l’Arpettaz – 1581 m – est un col un peu méconnu – pourtant, c'est l’une des plus belles ascensions de Savoie – qui emprunte une route pittoresque où la circulation est presque nulle, car le col abrite seulement un chalet refuge, point de départ vers de belles balades à pied ou à VTT autour du Mont Charvin.

    Une randonnée aller/retour qui, par moment, vous laisse sans voix. De beaux paysages défilent sous vos yeux pendant toute la durée de la balade. Vous découvrirez sur le chemin des chalets d'alpage qui pourront vous fournir du bon fromage de Savoie. En somme, une randonnée magnifique.

    Pour se guider

    OFFICE DE TOURISME D'UGINE
    185 Route d'Annecy
    73400 Ugine
    Tél. 04 79 37 56 33
    SITE WEB 

    Situation nationale 

    HÔTEL DE VILLE
    Place de l'Hôtel de ville
    73400 Ugine
    Tél. 04 79 37 33 00
    SITE WEB 

     

    La belle histoire de Myrtille et du chamois

    Quelque part dans les Alpes, il existe un glacier sur lequel personne n'est jamais allé.
    Il appartient aux fées des sommets.
    Comme tous les ans, la reine des fées réunissait toutes les fées des Alpes pour une grande réunion.
    En se rendant à cette réunion, la fée Myrtille vit une femelle chamois mettre au monde son petit et lui donner sa première tétée. La fée trouva ce spectacle si beau qu'elle arrêta son nuage pour regarder la mère et son petit.
    Mais hélas, un groupe de chasseurs approchait. La chevrette les vit, elle aurait bien aimé s'enfuir, mais elle ne pouvait pas à cause de son petit. Elle partait, elle revenait, elle ne savait pas quoi faire.
    Le petit voyait bien que sa mère voulait partir, il essayait de se mettre sur ses pattes, mais même avec les encouragements de sa mère, il n'y arrivait pas.
    Les chasseurs gagnaient du terrain, bientôt ils seraient proches des chamois. 


    Ugine


    Nichée au pied des Aravis, à deux pas du Parc Naturel des Bauges réputé pour ses paysages exceptionnel, Ugine occupe une position stratégique au cœur des deux Savoie.

    Toute proche d'Albertville, site Olympique, et à moins d'une heure du Mont-Blanc, des lacs d'Annecy, du Bourget ou encore des stations alpines de Tarentaise, Ugine vit harmonieusement entre traditions et modernité. Sous le regard du Mont Charvin (2 409 m), plusieurs hameaux vivent encore au rythme d'une vie agricole très active.

    Capitale mondiale de l'acier inoxydable et numéro un européen pour le Titane et le Zirconium, Ugine a su préserver son patrimoine et développer son bourg autour de son église et de son château du Crest - Cherel (XIIIe siècle) aujourd'hui Musée d'Arts et Traditions Populaires.

    Amateurs de loisirs actifs ou de découvertes douces trouveront ici une nature généreuse, des équipements sportifs et culturels de qualité mis à disposition de plus de cent associations qui témoignent du dynamisme de la vie locale.


    Une magnifique randonnée à faire
    Le descriptif du parcours

    Le départ se fait à partir du chalet au col de l'Alpettaz et vous emmène à la ferme de Boegneuve à 1700 m d'altitude.

    Face au chalet du col de l'Alpettaz, descendre à droite le chemin gravillonné qui mène sur les Regottes. Le suivre pendant tout le temps de la randonnée.

    Après le lieu-dit, les Regottes laisser partir les petits chemins à droite. Vous arrivez à la Gouenellaz. Continuer sur le chemin en petits cailloux. Se diriger sur les Chappes, laisser partir le chemin à droite, continuer tout droit.

    Se diriger, toujours sur le même chemin, sur Merdassier du Milieu, le passer et continuer jusqu'au lieu-dit les Merdassiers. Laisser descendre le chemin qui part sur la droite. Suivre le même large chemin qui aboutit aux Sallets où il est possible de prendre un peu de repos. Vous disposez d'un petit endroit de pique-nique.

    (1) Continuer votre route, passer un gué, pour arriver deux kilomètres plus loin au chalet de Boegneuve en empruntant le petit chemin à gauche.

    Le retour au chalet du col de l'Alpettaz se fera de la même façon que pour l'aller.

    Le col de l'Arpettaz est un col de France situé dans les Alpes, en Savoie, entre le mont Charvin à l'ouest et le Praz Vechin à l'est, au-dessus d'Ugine au sud. Il est accessible par la route depuis Ugine via deux itinéraires : par Mont Dessous et Mont Dessus au-dessus de la vallée de la Chaise au sud ou par Hauteville au-dessus des gorges de l'Arly au sud-est ; le col peut aussi être rejoint depuis le col des Aravis ou le val d'Arly au nord (via Chaucisse) par une piste carrossable reliant plusieurs chalets d'alpage.

    Le col constitue un point de départ pour l'ascension du mont Charvin par la face Sud. (Source Wikipédia)

    Le parcours

    Le col de Merdassier est un petit col routier de France situé en Haute-Savoie, dans la chaîne des Aravis, au-dessus des villages de la Clusaz et de Manigod. Situé à une altitude de 1 500 m et dominé par la pointe de Merdassier à l'est, il tire son nom d'un chalet d'alpage situé juste avant le col1. Il permet d'accéder en toutes saisons au secteur de l'Étale de la station de sports d'hiver de la Clusaz mais il ne permet cependant pas de changer de vallée avec un véhicule : la route départementale 160 venant du col de la Croix Fry au nord franchit le col, mais s'arrête quelques centaines de mètres plus loin, en balcon au-dessus de la haute vallée du Fier située au sud ; quelques chemins carrossables prolongent la route jusqu'à des chalets de montagne dans la forêt. (Source Wikipédia)

    Les quelques explications

    CIRCUIT DU COL DE L'ARPETTAZ

    Balisage :  néant
    Longueur :  14,000 km (A/R)
    Temps : 5 h 25
    Difficulté : moyenne
    Cartes IGN : 3531OT, 3531OTR  (Pensez à vous en munir)

    Coordonnées de départ : N 45.796797° / E 6.433578°

     
    Un clic pour ouvrir l'album photosQuelques avis de randonneurs qui ont fait le parcours

    "Rando facile. Découverte du panorama somptueux."
    "Vue magnifique tout du long par un temps très clair et très ensoleillé... un régal ! "
    "Très belle randonnée de très belle vue sur les massifs montagneux environnants. Le mont Blanc est vraiment majestueux, on croirait pouvoir le toucher avec les mains. très beaux troupeaux de vaches et de très belle ferme."

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Il y a 3 heures

    Hello Alain

    J'ai regardé les contes et légendes de Savoie. J'aime beaucoup, on a le meme style avec contes et légendes des Alpes Maritimes. D'ailleurs celle qui me plait le plus, c'est celle ci car j'ai fait la rando pour y aller à l'endroit ou se passe ce conte...

     

    LE BERGER AMOUREUX DE L’AURORE

     

    Au pied de la face nord du Bego s’étend une large vallée ou tout est douceur et calme; une source cristalline y jaillit entre deux rocs. Au printemps, alors que la neige est partout présente, la source est entourée d’un superbe parterre de fleurs écloses précocement.

    Tout prés du lac Vert, un jeune berger vivait heureux, seul avec son troupeau, en parfaite harmonie avec la nature. Les bêtes étaient ses amies. Autour de sa petite cabane de pierre, les marmottes jouaient en toute quiétude. Le soir, les chamois redescendus des hauteurs, venaient rendre visite à cet homme simple. Le patte leur parlait d’une voix douce, les chamois l’écoutaient et semblaient comprendre ses paroles; ils étaient sous le charme de la musique des mots ou des phrases. Car ce berger étaient aussi un poète: il ne savait ni lire ni écrire mais savait la poésie. Ce qu’il ne pouvait écrire avec des mots , il le dessinait sur la roche, ces belles dalles aux couleurs de feu situées au dessus des lacs jumeaux. Ces gravures délicates disaient tout l’amour qu’il portait à sa montagne et exprimaient un rêve, une douce chimère que son esprit simple croyait pouvoir réaliser…  Il se levait très tôt pour voir l’aube poindre. Le berger ne quittait sa cabane qu’au moment ou la clarté rose de l’aurore l’avait caressé. Chaque matin, en attendant le baiser de l’aube, il gravait des signes sur les rochers. C’était un grand poème d’amour. Il ne connaissait que son petit monde pastoral et les images qui lui venaient étaient le reflet de sa vie vouée à ses montagnes. Le pâtre était amoureux de l’aurore, il était certain que sa lumière était vivante. Tous les matins, il voyait ses doigts roses descendre les pentes du Bego qui s’allumaient à leur contact. Ils s’attardaient ensuite sur les grandes chiappe ou le berger écrivait son ardente déclaration. Alors il avait l’impression que l’Aurore lisait son message.  Peu à peu, il acquit la conviction que l’objet de son amour impossible se cachait au sommet de la montagne, prisonnier de son rêve, il s’imaginait le réaliser un jour. un matin, son esprit imaginatif crut apercevoir une jeune femme dans les nuages roses entourant le sommet. Alors, il n’y tint plus; il fallait gravir le Bego, monter à la rencontre de sa passion débordante. Il décida d’aller surprendre l’aurore à son réveil. Il choisit une nuit de pleine lune et partit à l’assaut de la paroi verticale. Les premiers mètres lui semblèrent faciles, puis peu à peu l’ascension  devint plus rude. Les prises se faisaient rares, les précipices vertigineux. Cependant pas une seconde il ne songea à renoncer. Il s’engagea dans un couloir aux roches instables. Il progressait très lentement dans ce paysage délicat. Il avait peur, non de tomber mais d’arriver trop tard. Le ciel s’éclaircit , il était tout proche du sommet. Tout à coup, une pierre se déroba sous ses pieds, il ne put se rattraper, tomba dans le vide et alla s’écraser au pied de la paroi. Lorsque le jour se leva, la clarté rose de l’aurore illumina le Bego avec plus d’intensité que d’habitude. Elle descendit lentement dans les sombres parois que le pâtre avait tenté de gravir. Dés qu’elle toucha le corps sans vie du berger, elle s’arrêta, ce jour la le reste de la vallée demeura dans l’ombre. Le corps disparu et, à l’endroit ou il était tombé naquit une source pure et cristalline. Le pâtre ne rentrait à Casterino   que lorsque la neige le chassait. Cet hiver la, il ne redescendit pas. Inquiets, les autres bergers voulurent monter à sa recherche. Il avait beaucoup neigé et cette chute précoce avait pu surprendre leur ami. La progression était extrêmement difficile, la neige étant inconstante. au prix d’efforts surhumains, les bergers avaient accompli la moitié du chemin lorsque la tourmente se leva. La mort dans âme, ils durent renoncer et retournèrent tristement dans la vallée. Quelques semaines plus tard, on vit arriver au village un troupeau. C’étaient les bêtes du berger disparu mais elles étaient conduites par une jeune femme aux longs cheveux d’or, inconnue dans la vallée. Les amis du berger la dévisagèrent avec insistance tant elle ressemblait à leur ami disparu. La curiosité fit place à un vif étonnement; pressée de questions, elle fit le merveilleux récit de la mort du jeune pâtre . Evidement, personne ne voulut croire à cette histoire. Alors la jeune fille indiqua le lieu précis de sa chute et conseilla aux villageois de s’y rendre au printemps. Puis elle quitta ses hôtes, laissant les hommes sous le charme de sa grande beauté et de son récit extraordinaire. Elle s’évanouit dans la belle nuit de l’hiver. Ce soir la, les étoiles brillèrent de leur plus bel éclat.

    Au printemps, les bergers montèrent à l’alpage et découvrirent la source magique. Afin de garder impérissable le souvenir de leur ami et de son impossible amour, les bergers baptisèrent la source Fontanalba, la source de l’aube.

     

    Depuis chaque année, au printemps, le miracle de l’amour s’accomplit tout autour de la source, au milieu des neiges, un merveilleux jardin fleurit sous les doigts de la fée Aurore..

     

    @+ Pat

     

    2
    Il y a 1 heure

    Bonsoir Alain.

    Sacré balade, à ce qu'il semble; plus dans mes capacités !

    D'après le médecin des urgences, la circulation irrégulière du sang peut provoquer des tromboses voire des AVC alors il vaut mieux intervenir rapidement et surveiller tension et rythme ... ce que je fais désormais.

    A la sortie des urgences et pendant 15 jours, avec les nouveaux médicaments, mon rythme cardiaque était régulier et puis, pendant 2 jours, il est redevenu irrégulier; je me demandais bien comment j'allais faire (encore aller aux urgences ?)

    Et puis, le rythme est redevenu régulier et la tension normale alors, je surveille...

    Il a fait beau et chaud; pour le moment, nous arrivons à tenir la maison tempérée en ouvrant la nuit.

    Gilbert, Bernadette et Scybel.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


 

@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=Encode+Sans+Expanded|Rammetto+One');