• Depuis l'époque de la première église de bois placée sous le vocable de sainte Catherine, vers le VIe siècle, la ville d'Honfleur ne cessa de se développer en raison de l'importance stratégique de son site et connut une grande renommée au XVIe siècle, grâce aux transformations de son port.
    L'auteur nous rappelle comment Honfleur prit part au rattachement de la Normandie à la couronne par Philippe-Auguste, en 1204. Il explique l'importance du commerce maritime dès le XVe siècle, et comment le port fut souvent choisi comme lieu de départ de fabuleuses expéditions pour les Indes, l'Indonésie, le Canada. Il exhume tous les détails d'un riche passé dans un récit qui n'oublie ni les revers de l'histoire, comme les guerres de religion, les combats contre les Anglais, ni les privilèges accordés par les rois : protection de Louis XI qui dispense les habitants de la Taille en 1465 ou ordonnance de Colbert pour la construction du port en 1690.

     SITUATION DE HONFLEUR   RENSEIGNEMENTS DIVERS   LE CONTE DU VIEUX PÊCHEUR

    Situation nationale

    Situation locale

     

    OFFICE DE TOURISME
    Quai Lepaulmier
    14600 Honfleur
    Tél. 02 31 89 23 30
    SITE WEB

    HÔTEL DE VILLE
    Place de l'Hôtel de Ville
    14600 Honfleur

    Tél. 02 31 81 88 00
    SITE WEB

     

     Il y avait à Honfleur un pauvre vieux pêcheur que les années avaient cassé, et qui n'avait plus au monde d'autre affection que sa fille. Et cela était bien ; j'aime ce pacte écrit par la nature au fond du cœur humain, que l'âge mûr soutiendra l'enfance, et que la vieillesse s'appuiera sur l'adolescence.
    Les ans avaient donc courbé les épaules du père d'Arlette, ralentit ses pas, blanchit ses cheveux. Souvent il avait besoin d'aide pour mettre sa barque au large, pour lancer ses filets.
    Parmi ses voisins était un jeune homme qui toujours lui offrait son bras plus robuste, ses épaules plus fermes, pour porter le produit de sa pêche, car c'était un excellent cœur que Joseph, et, ce qui était bien quelque chose aussi, c'était un beau jeune homme : vous en fussiez tombé d'accord si vous eussiez vu comme sa taille était élevée, sa tête aux longs cheveux bruns, ses deux épaules vigoureuses, ses traits pleins d'une mâle expression, à laquelle prêtait encore le teint cuivré que produit la réflexion du soleil sur la mer. Ce qu'on admirait surtout, ce qui avait fait battre plus d'un cœur, c'était un œil bleu d'une grande douceur habituellement...

     


    Au premier plan l'église sainte Cécile

     L’ÉGLISE SAINTE CATHERINE

    L'église est dédiée à sainte Catherine d'Alexandrie comme le rappelle une sculpture sur bois au-dessus du porche du clocher séparé des deux nefs. Elle y est représentée portant une roue et une épée. La première nef (celle de gauche) est la partie la plus ancienne de l'édifice, datant de la seconde moitié du XVe siècle, construite dès après la Guerre de Cent Ans. Elle a été bâtie sur le modèle d'une halle de marché, où ont été utilisés des éléments servant à la construction navale, le tout donnant l'aspect d'une coque de bateau renversée. Ensuite, a été érigé le clocher à bonne distance de la nef, pour éviter que les paroissiens présents dans l'édifice ne soient la proie des flammes en cas d'incendie. En effet, le clocher attire la foudre en raison de son élévation et de sa position...

     

     L’ÉGLISE SAINT LÉONARD

    Entrée de l'église saint LéonardIl existait déjà un sanctuaire en 1186 à l'emplacement de l'actuelle église comme en témoigne une charte de l'abbaye de Grestain.

    La façade est de style gothique flamboyant et seule partie subsistante de l'ancien édifice gothique. Il reste également quelques éléments renaissances. L'essentiel de l'église a été incendié par les Huguenots au moment des guerres de religion au XVIe siècle.

    La majeure partie du bâtiment a été reconstruite aux XVIIe et XVIIIe siècles, ce qui explique la forme particulière du clocher en dôme, rare en Normandie, mais qui évoque ceux que l'on rencontre dans l'est de la France. L'intérieur est entièrement décoré de peintures murales, ainsi que la voûte de bois à charpente apparente.

    L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1980

     

     LE PEINTRE EUGÈNE BOUDIN

    Eugène BoudinRue Eugène-Boudin, musée Eugène-Boudin, Boudin Cottage… Si nul n’est prophète en son pays, le peintre paysagiste fait mentir l’adage. Une balade à Honfleur suit à coup sûr les pas de la célébrité locale. De la place Sainte-Catherine au vieux bassin du port, en passant par l’auberge Saint-Siméon, Boudin est omniprésent.

    Né à Honfleur en 1824 dans une famille de marins, Eugène Boudin grandit au Havre. Adolescent, il est mousse sur le bateau de liaison Le Havre-Honfleur, avant d’ouvrir sa papeterie. C’est par ce travail qu’il commence à rencontrer des peintres et à se mettre lui-même au dessin. Il s’inscrit à l’école de dessin du Havre, gagne une bourse de la Ville pour aller étudier à Paris, et commence à se consacrer intégralement à la peinture à l’âge de 22 ans. Ami de Baudelaire, Courbet et Jongkind, il rencontre Claude Monet...

    LE VIEUX BASSIN

    Créé par Duquesne sur ordre de Colbert, le Vieux Bassin s'entoure de quais ravissants et les bateaux de plaisance ajoutent au charme. Les riches demeures de pierre du quai Saint-Étienne, à deux étages et mansardées, contrastent avec celles du quai Sainte-Catherine dont les maisons étroites et hautes, comptant jusqu'à 7 étages, élancent leurs façades de bois protégées d'ardoises (l'essentage). La Lieutenance, qui domine le pont levant, complète cet ensemble unique.

    Le vieux bassin

     

    Une superbe vidéo qui présente parfaitement bien le patrimoine de Honfleur

    MUSÉE DE LA MARINE

    Le musée de la marine"C’est dans la plus vieille église de Honfleur, l’église Saint-Étienne (XIVe siècle) située en bordure du Vieux Bassin, qu’'est installé le musée de la Marine depuis 1976.
    Les objets, maquettes, gravures, plans, portraits, tableaux et documents exposés - fruits de nombreux dons et legs - permettent de restituer les différents aspects de la vie des gens de mer et de la société honfleuraise aux 18e et 19e siècles.
    La visite se déroule selon quinze thèmes et 23 vitrines présentant la grande pêche, les constructions navales, le commerce triangulaire, l’artisanat populaire lié à la mer ou encore, l’évolution topographique du port et de la ville, etc." Source : ville de Honfleur

     

    Un clic pour ouvrir l'album photos

     

    GRENIER A SEL

    Grenier à selTrois greniers à sel ont été édifiés en 1670, en vue du stockage du sel pour la gabelle, en grande partie avec des pierres issues des anciens remparts de la ville. Ils permettaient d’entreposer 10 000 tonnes de sel destinées à la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve. Seuls deux des trois greniers ont été conservés et sont aujourd'hui propriété de la ville qui les utilise comme salles communales (expositions, concerts, conférences, un festival du cinéma russe

    Les deux édifices sont respectivement classés au titre des monuments historiques le 31 juillet et le 6 décembre 1916.

    Partager via Gmail Pin It

    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique