• Une petite balade en Normandie, balade touristique puisque nous nous sommes rendu d'un village à un autre au moyen de notre véhicule, mais ceci pour votre plus grand plaisir.

    Dans le circuit, dont le départ se situe à Merville-Franceville plage, vous pourrez découvrir à tour de rôle les villages de : Douvres-la-Délivrande - Courseules-sur-Mer - Creully - Fontaine Henry - Bénouville.

    Pour beaucoup ces sites sont un haut lieu des événements qui se sont déroulés au moment de la seconde Guerre Mondiale. Vous aurez l'occasion d'en découvrir quelques vestiges et souvenirs.

    Passez votre souris sur les nom entourés de rouge et cliquez afin d'aller voir l'album photos et une petite description.

    Cliquez sur les noms des villages pour voir chaque album photos se rapportant aux villages

    Une région chargée d'histoire ...

    Au départ de Merville-Franceville, la batterie :

    Comme ailleurs sur le Mur de l'Atlantique, c'est l'Organisation Todt qui sera en charge de la construction de la batterie de Merville.
    L'Organisation Todt (du nom de son créateur Fritz Todt, ingénieur en travaux publics) fit appel à l'entreprise Rittmann pour conduire les travaux. Cette entreprise disposait de bureaux à Houlgate. Comme ailleurs, la main d'oeuvre locale et des travailleurs étrangers furent mis à contribution.

    Arrivé à Douvres-la-Délivrande

    Archive de la seconde Guerre Mondiale

     

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, Douvres est le site d’installation d’une station radar allemande, qui prend part à la défense stratégique du mur de l’Atlantique. Terminée à l’automne 1943, la station est ensuite divisée en deux zones par la route de Douvres à Bény-sur-Mer et massivement fortifiée par des bunkers, mitrailleuses et champs de mines.

    Puis ensuite Courseulles-sur-Mer

    L’origine de la ville est très ancienne (époque romaine). Sa dénomination a évolué au fil des siècles. D’abord Cursella, Corceulle, puis Courseulla et enfin Courseulles. Sa configuration géographique lui conféra une vocation maritime et son essor s’est construit autour de deux activités axées sur la mer : la construction navale et l’ostréiculture. A son apogée, le port recevait 1500 bateaux et il était longé de chantiers navals desservis par le chemin de fer. Dès l’époque romaine, Courseulles était un centre d’élevage des huîtres. Au XIX ème siècle, Courseulles devint le principal fournisseur d’huîtres de Paris. Elles étaient acheminées par des voitures à cheval appelées "Comète" en souvenir de la comète qui passa dans le ciel de France en 1818. Courseulles sur Mer est maintenant une station balnéaire située à une vingtaine de km de Caen et de Bayeux. Station nautique, Courseulles offre de nombreuses activités liées à la Mer mais aussi au patrimoine et à l’histoire. La ville constitue un pôle littoral équipé en commerces et services où il fait bon vivre.

    Passage par Creully

    Un gisement de silex du néolithique prouve l’ancienneté de l’occupation du site.

    L’histoire du village, dont l’ancien nom est Curleïum, remonte à l’installation des Normands de Rollon dans le Bessin lors du traité de Saint-Clair-sur-Epte en 912.

    Haimon-le-Dentu, petit-fils ou petit-neveu de Rollon, devient le premier baron de Creully et fait édifier une forteresse sur le site d’un ancien opidum gaulois.

    Rien ne subsiste aujourd’hui de cette place forte dominant la Seulles et certainement constituée d’une palissade protégeant une tour en bois d’où l’on dominait le pays alentour.
    Durant la guerre fratricide qui opposera les fils de Guillaume-le-Conquérant, Robert-Fitz-Haimon, second baron de Creully, épousera le parti de Henri Beauclerc contre son frère Robert-Courte-Heuze.
    Durant ce conflit se déroule le tragique incident de Secqueville-en-Bessin raconté par Ordéric Vital.

    Puis direction le village de Fontaine-Henry

    Le château de Fontaine-Henry, bâti aux XVe. et XVIe. siècles, par Jean d’Harcourt, seigneur de Fontaine-le-Henri, et son fils Pierre, sur l’emplacement d’une ancienne forteresse médiévale, a été classé aux monuments historiques en 1924. Propriété de la Maison d’Harcourt, transmis de génération en génération depuis près de dix siècles, ce splendide édifice, à la façade en dentelle de pierre et aux pentes de toits impressionnantes , constitue un des plus bels exemples d’architecture Renaissance en Normandie.

    Pour terminer la visite par Bénouville

    La première maison libérée

    Pegasus BridgeArlette, la fille du café Gondrée, avait 4 ans ce 6 juin 1944. Léon, 21 ans, était membre du commando Kieffer. Aujourd’hui, c’est la patronne et le vétéran qui racontent.

    Ils sont attablés dans l’arrière-cuisine de la maisonnette en briques rouges et aux volets blancs. D’abord silencieux, ils échangent des regards complices devant une tarte aux pommes caramélisée crème Chantilly. Elle, 72 ans, les cheveux ramassés en torsades, port de tête altier. Lui, bientôt 90 ans, yeux rieurs et bouche sourire. Arlette Gondrée-Pritchett et Léon Gautier ont vécu la même histoire, celle du Débarquement. Le 6 juin 1944, elle avait 4 ans, il en avait 21 ans. Elle était une toute petite fille sous l’Occupation, lui un soldat de la Libération. Ce "jour le plus long", leurs destinées se sont croisées. Soixante-huit ans plus tard, ils sont toujours liés par l’amitié et par cette maison normande, typique, qui fait office de café depuis 1865.

     
     
    Partager via Gmail Pin It

    51 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique