• C'est en 1443 que Nicolas Rolin, chancelier du duché de Bourgogne, rédigea la charte de fondation de l'Hôtel-Dieu de Beaune : après huit années de travaux, le premier malade fut accueilli le 1er janvier 1452. C'est un véritable chef d’oeuvre d'architecture, mondialement connu et célèbre pour l'éclat de sa cour d'honneur, la splendeur de ses toits aux tuiles multicolores et vernissées, ses salles de malades, et particulièrement la fameuse " Salle des Pôvres ", son apothicairerie, et tous ses trésors parmi lesquels figure le remarquable polyptyque du Jugement Dernier de Roger Van Der Weyden.

    Depuis 1982, l'ensemble de bâtiments distribués autour de la cour d'honneur n'accueille plus aucun malade et l'Hôtel-Dieu, devenu monument historique, reçoit plus de 400 000 visiteurs par an : fidèle à la tradition hospitalière, il est ouvert tous les jours sans exception.

    Situation nationale

    Situation locale

     

    Sabler ou sabrer le champagne !

    Sabler le Cham-pagne pro-viendrait d'une coutume en vogue au 18ème siècle : on soufflait dans la flûte vide pour l'embuer avant d'en couvrir les parois d'une fine couche de sucre, ce qui rendait le Champagne plus mousseux ; puis on l'avalait d'un trait. Par déformation de cette expression, on a parlé de "sabrer le Champagne" en référence à une tradition selon laquelle certains soldats ouvraient ...

     
    La cour intérieure de l'Hôtel Dieu
    OFFICE DE TOURISME
    Rue de l'Hôtel-Dieu
    21200 Beaune
    Tél : 03-80-26-21-30

     

      HÔTEL DE VILLE
    8 Rue de l'Hôtel de ville
     
    Téléphone : 03 80 24 56 78
    SITE WEB  

      Capitale des Vins de Bourgogne, Beaune recèle de nombreux joyaux à découvrir.
    De par sa situation géographique privilégiée, les nombreux jumelages qu’elle développe et ses atouts naturels, elle représente l’une des destinations favorites des touristes.

      Vue de la Grande Salle des Povres, l'espace le plus imposant de l'Hotel Dieu (50 m de long et 14 m de large) sous sa voûte lambrissée en chêne, un hôpital exemplaire pendant plus de cinq siècles furent prodigués des soins médicaux, aux Hospices de Beaune, inaugurés par son fondateur le chancelier Nicolas Rolin en 1451, à Beaune en France le 15 novembre 2013. Les hospices forment une institution prestigieuse, originale et souvent mal connue dans sa réalité contemporaine. Ils sont un établissement de santé, propriétaires d'un monument historique, l’hôtel Dieu, et d'un prestigieux domaine viticole dont ils commercialisent la production dans le cadre de la plus célèbre vente de vins aux enchères.
    DÉCOUVRIR  L'HÔTEL DIEUX DE BEAUNE  

    L'empreinte de l'institution

    Depuis le XVème siècle, des hommes et des femmes ont légué leurs biens aux Hospices de Beaune. Le domaine des Hospices de Beaune s'est donc construit comme un reflet de la générosité des Bourgui-gnons et de la multitude des plus grands terroirs de Bourgogne.

    Par respect pour ses donateurs, le domaine est conduit avec une exigeante volonté de qualité. Cette volonté se traduit par des méthodes rigoureuses, toujours à la recherche de la plus grande diversité des terres de Bourgogne.

    Les vins, vendus aux enchères chaque troisième dimanche de novembre, permettent aujourd'hui à des acheteurs bourgui-gnons, venus des quatre coins du monde, de poursuivre cette action de générosité vieille d'un demi-millénaire.

    La surface en production exploitée par le domaine avoisine les 60 hectares, dont 50 sont consacrés au Pinot Noir, le reste au Chardonnay. Les cuvées sont le résultat d'un assemblage harmonieux de différents climats, ce qui contribue à créer l'originalité des vins du domaine viticole des Hospices de Beaune.

    Vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune

    La vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune demeure l'une des plus célèbre manifestation de charité au monde et les professionnels attendent tous l'évènement le 3ème dimanche de novembre.

    Depuis 2005, la maison CHRISTIE'S est fidèlement et activement présente aux côtés des Hospices de Beaune pour donner à cet évènement international le retentissement qu'il mérite. Certes, il s'agit d'enchères mais il s'agit aussi de culture car le vin de Bourgogne est un élèment primordial de la culture française.

    Le vin des Hospices de Beaune, c'est le sang de la terre de Bourgogne qui s'offre aux amateurs raffinés et avertis, à ceux qui savent que boire du vin, c'est aussi se pénétrer de l'histoire d'un terroir. Acquérir une pièce de vin des Hospices, c'est entrer dans l'intimité de ce terroir d'exception car comme le disait Salvator Dali : "qui sait déguster ne boit plus jamais de vin, mais goûte des secrets".

    Le secret du vin des Hospices, c'est la générosité, celle de la nature qui offre à la vigne un écrin inégalé lui permettant d'exhaler un parfum unique au monde. Mais le secret du vin des Hospices de Beaune,ce sont aussi les hommes qui, depuis le XVème siècle, se sont succédés pour lui donner vie et lui offrir les moyens d'exprimer toute sa richesse et toute son âme afin de livrer à votre expertise un nectar à nul autre pareil.

     

    Le vin et la santé

    Au-delà du rôle complémentaire que joue le Domaine viticole dans le fonctionnement de l'hôpital, vin et santé ont toujours été unis.

    Autrefois, le vin était considéré comme un aliment, voire comme un médicament, en tout cas comme un produit riche en valeurs nutritives et curatives. Les soeurs hospitalières, en infirmières efficaces, ne l'ignoraient pas et utilisaient le vin comme une panacée, de préférence chaud et mêlé à un savant mélange de plantes.

    Aujourd'hui, vin et soin sont toujours liés. Pour leur qualité, les vins des Hospices de Beaune ont été choisis par le directeur de recherche de l'INSERM de Dijon, chargé d'étudier le resvératrol. Cette molécule est contenue dans la pellicule des baies de raisin : elle a pour propriété de réduire les risques de maladies cardio-vasculaires et reste une voie de recherche pour la lutte anticancéreuse.

    Description de l'ensemble

    La façade extérieure, relativement austère, contraste avec la richesse de la décoration de la cour centrale, avec ses célèbres toits en tuile vernissée de Bourgogne, et celle de l'intérieur de l'édifice.

    Maquette générale

     

    Grande salle « des pôvres », côté rue.

     

    Grande salle « des pôvres », et entrée principale.

     

    Vente des hospices de Beaune, en automne.

    Maquette générale.   Grande salle « des pôvres », côté rue.   Grande salle « des pôvres », et entrée principale.   Vente des hospices de Beaune, en automne.


    En ce qui concerne la présentation de l'ensemble des pièces des hospices, le site WIKIPEDIA, vous détaille chacun des lieux à voir, avec une photo et une courte descrition. Vous aurez ainsi la possibilité de vous rendre conte de la beauté des lieux.

    Les hospices de Beaune et le cinéma

    Le film le plus célèbre du duo Bourvil / de Funès, tout le monde l'a vu au moins une fois !
    C'est en Bourgogne que de nombreuses scènes ont été tournées, notamment à Meursault et à Beaune où une grande fresque rend hommage à ce film.

    Pendant plus de trente ans "La Grande Vadrouille" est le plus grand succès cinématographique sur le territoire français, toutes nationalités confondues (avant d'être dépassé par Titanic en 1998).
    Beaucoup de scènes mythiques sont tournées en Bourgogne. Voici quelques-un des lieux de tournage :

    • A Meursault : La Kommandantur a été installée dans la Mairie de Meursault qui était l'ancien Château fort de Meursault.
    • A Beaune et aux Hospices de Beaune. Lors du tournage en 1966, l'Hôtel-Dieu de Beaune est encore un hôpital en fonctionnement.
    • A Vézelay : la plaque éclairée par Augustin indiquant Meursault est en fait apposée devant la Porte Neuve de Vézelay. De même, toutes les scènes nocturnes extérieures ont été tournées à Vézelay à l'exception de la scène de la place de l'« Hôtel du Globe ».
     

    • A Noyers-sur-Serein : la scène de l'Hôtel du Globe (qui n'existe plus aujourd'hui). On peut y reconnaître les arcades de la Place de l'Hôtel de Ville et également l'agence Crédit Agricole, dont l'enseigne, bien qu'éteinte, apparaît dans le film.

    Un clic pour ouvrir l'album photos

     
     
    Partager via Gmail Pin It

    66 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique