• DE MALPERTUS A MAUPERTHUIS

    Des pierres taillées et polies nous apprennent. Des traces de voie romaine attestent l'existence ultérieure d'un village au même endroit. Pourtant, Malpertus « le mauvais passage », ne sera cité pour la première fois qu'en 1195. Dans la famille de Saint-Perrier au XVe siècle, la seigneurie passe par mariage dans la famille de Melun, qui la gardera jusqu'en 1729. Sans descendance, les Melun lèguent leurs terres de Mauperthuis au comte de Montesquiou d'Artagnan. C'est son neveu, Anne-Pierre de Montesquiou Fezensac qui va profondément remodeler le village et l'orner de différents édifices, dont un château, bien sûr. Le château sera démoli en 1803, cependant Mauperthuis conserve encore aujourd'hui de nombreux vestiges de son glorieux passé.

     SITUATION   RENSEIGNEMENTS UTILES     À PROPOS DE ...

    Situation nationale

    Situation locale

     

    Coulommiers Pays de Brie Tourisme
    7, rue du Général de Gaulle
    Tel : 01 64 03 88 09
    77100 COULOMMIERS
    SITE WEB

    Mairie de Mauperthuis
    14 bis rue du parc
    77100 COULOMMIERS
    Tél. 01 64 03 16 27
    SITE WEB

     
     

    FOLIES ET FRANCS-MAÇONS

    Le parc du château de Montesquiou était – à l'origine – un exemple parfait de l'inspiration orientale et extrême-orientale qui imprègne les arts à cette époque. Les différents édifices disséminés constituaient ce qui était très en vogue au XVIIIe siècle, un « parc à fabriques » ou « parc à folies ». Çà et là, marquises et marquis pouvaient admirer des fontaines, des grottes, des obélisques, des tours, des pyramides... La pyramide de Brongniart est sans conteste  la plus grande curiosité du parc et témoigne de l'influence égyptienne sur l'Europe de l'époque. L'étonnante entrée, un arc voûté posé sur un linteau et des colonnes doriques, permet d'accéder à une grotte souterraine, aujourd'hui sous la route de Coulommiers. D'après M. Cesari, la disposition des diverses « fabriques » pourrait constituer un parcours maçonnique : les grottes représenteraient l'enfer, la pyramide la régénération. Quoi qu'il en soit, le comte de Montesquiou était bien franc-maçon, ainsi que Ledoux et Brongniar, les architectes auxquels il fit appel.

    En premier plan la fontaine du XVIIIe s. et en arrière-plan le colombier (utilisez votre souris et les flèches sur la photo pour vous guider dans le village)

    LA MAISON DES GARDES

    La maison carrée est construite en 1881 selon les plans de Brongniart. Il s'agit d'une tour carrée à créneaux qui évoque le style médiéval. Elle est aussi appelée maison des gardes car elle abritait des gardes chargés de surveiller les terres du marquis de Montesquiou. Elle fait partie des annexes du château qui ont survécues à sa destruction et marque l'entrée du château de Mistou.

     

    LA PYRAMIDE

    Cet édifice, qui se situe dans le jardin du moulin, est une des curiosités du domaine du marquis de Montesquiou. Elle est un témoin du goût de l'époque pour les antiquités égyptiennes. Construite en pierre, cette pyramide donnait accès à une grotte souterraine passant sous la route qui reliait Coulommiers à Rozay-en-Brie. Le domaine coupé, en deux par la chaussée, pouvait ainsi être traversé aisément. Un arc voûté soutenu par un linteau et quatre colonnes doriques en briques permet d'accéder à la pyramide. Cet édifice, unique en son genre, a inspiré le peintre Claude-Louis Châtelet qui en a fait un tableau en 1785.

    Un clic pour ouvrir l'album photos

    L'ancien château de Mauperthuis

     

    LA FONTAINE

    Cette fontaine faisait partie du château de Mauperthuis. Au centre d'un mur semi-circulaire s'élève une niche. A ses pieds, une vasque permet l'écoulement de l'eau de la source. L'harmonie et la symétrie des formes sont soulignées par l'emploi combiné de deux matériaux, le grès et la meulière, dont les lits se superposent. Ledoux qui dessine aussi les jardins du château fait bâtir des fontaines identiques mais de plus grandes dimensions dans le parc du château.

    LE MOULIN DE MISTOU

    Dès le XIIe siècle s'élève à cet emplacement un moulin qui dépendait alors de l'abbaye de Faremoutiers. Les eaux de l'Aubetin permettaient de moudre le blé. Au XVIIIᵉ siècle, il fait partie des biens de la famille de Montesquiou et est reconstruit à l'initiative de Anne-Pierre de Montesquiou Fezenac. Le bâtiment semble n'avoir été que peu modifié depuis le XVIIIe siècle.

    LE COLOMBIER

    Le colombier est l'une des rares parties du château qui soit encore en élévation. À l'intérieur, la tour circulaire était aménagée en deux parties avec au rez-de-chaussée, une laiterie, et aux étages le pigeonnier. Nicolas Ledoux dessine le plan des communs en y prévoyant en plus de ce colombier une orangerie, une faisanderie et des dépendances agricoles. L'architecte reprend pour cet édifice un projet qu'il avait présenté à l'académie d'architecture afin d'y être accepté.

    L'ÉGLISE SAINT-PIERRE

    L'église saint-Pierre est construite sur les plans de l'architecte Brogniart quelques années après l'édification du château. L'élévation de la demeure du marquis de Montesquiou avait en effet entrainé la destruction de l'ancienne église paroissiale. Son architecture inscrite dans un plan rectangulaire est simple et aérée. Sa façade, surmontée d'un clocher à fronton circulaire couronné par une coupole à quatre pans., rappelle certaines églises champenoises construite par l'architecte Nicolas Ledoux. À l'intérieur, l'église est composée d'une nef unique, d'un transept et d'un chœur semi-circulaire.

    Le château fait partie de la période Post-Renaissance qui se compose de nombreuses caractéristiques à observer dans les différentes pièces, l'architecture et beaucoup d'autres éléments artistiques, historiques ou architecturaux qui vous émerveilleront.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    74 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique