• Différentes versions de l’invention de la grotte de Lascaux ont été rapportées. Elles sont parfois contradictoires et souvent relatées de façon fantaisiste : découverte fortuite par un chien ou en jouant au ballon, exploration volontaire de la cavité déjà connue. Celle-ci a été effectuée en deux temps, les 8 et 12 septembre 1940.

    Selon la version la plus fréquemment racontée, le 8 septembre 1940, Marcel Ravidat découvre l'entrée de la cavité lors d'une promenade sur la commune de Montignac en Dordogne avec ses camarades Jean Clauzel, Maurice Queyroi et Louis Périer. Au cours de cette promenade, son chien Robot poursuit un lapin qui se réfugie dans un trou situé à l'endroit où un arbre avait été déraciné : un orifice d'environ 20 cm de diamètre s'ouvre au fond de ce trou, impossible à explorer sans un travail de désobstruction. En jetant des pierres pour essayer de faire sortir le lapin, Marcel Ravidat constate que le trou communique avec une vaste cavité. Comme cela se situe à 500 mètres du château de Lascaux, il pense qu'il s'agit de la sortie d'un souterrain.

    Lascaux II est le fac-similé de la grotte originale, située à seulement 200 mètres. C'est la copie exacte des deux salles principales de Lascaux, grotte fermée au public en 1963. Elle contient 90% des peintures de Lascaux. Des visites intimes sont proposées pour apprécier, en petits groupes, la force et l’intimité de cette grotte ornée la plus visitée au monde.

     SITUATION   RENSEIGNEMENTS UTILES   LA GROTTE ...

    Situation nationale

    Situation locale

     

    Office de Tourisme Lascaux-Dordogne, Vallée Vézère
    Place Léon Magne
    24290 Montignac
    Tél. 05 53 51 82 60
    SITE WEB

    MAIRIE DE MONTIGNAC
    Place Yvon-Delbos
    BP 15
    24290 Montignac
    Tél. 05 53 51 72 00
    SITE WEB

     

    Une magnifique photo de la grotte. Cette photo est en grand format, merci donc de patienter durant son chargement.
    Je vous informe que toutes les photos qui figurent sur ce blog sont des photos du net, il n'est pas autorisé la prise de clichés durant la visite. Merci et désolé.

    Accueil principal de Lascaux IV (dernière création de la grotte de Lascaut. L'article a été fait sur la base du Lascaut II)

    LA DÉCOUVERTE DE LA GROTTE

    La découverte fut tout à fait fortuite. Le 8 septembre 1940, Marcel Ravidat découvre une cavité dans la colline de Lascaux. Le 12 septembre, il explore le trou avec Georges Agniel, Jacques Marsal et Simon Coencas.

    C'était il y a 80 ans, presque jour pour jour. Par le plus grand des hasards, quatre adolescents d'un village de Dordogne découvraient une grotte dont le nom allait devenir célèbre dans le monde entier. Lascaux, le chef-d'oeuvre de la préhistoire, apportait la preuve qu'il y a 20 000 ans, nos ancêtres avaient développé de grands talents d'artiste. Nos équipes vous racontent l'incroyable histoire de cette découverte.
    Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20 h du 10/09/2020 présenté par Gilles Bouleau sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20 h du 10 septembre 2020 des reportages sur l'actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

     

     

    Un clic pour ouvrir l'album photos

     

    COPIE D'UNE GROTTE NATURELLE VERS UNE GROTTE ARTIFICIELLE

    La palette des peintres de Lascaux, comme celle de tous les artistes du Paléolithique, reste relativement restreinte. Elle associe le noir à l’éventail des couleurs chaudes, brun foncé, rouge et jaune, avec des variantes restant dans des limites très étroites. Exceptionnels sont les exemples s’écartant de ces nuances. Par la teinte mauve donnée à deux cases du damier, un des blasons de la Nef échappe à ce constat.

    Seuls les pigments d’origine minérale sont parvenus jusqu’à nous ; cependant, les recherches menées à ce jour n’ont jamais mis en évidence des colorants organiques. Les pigments sont des oxydes métalliques, fer et manganèse, mais aussi du charbon de bois. L’analyse des pigments montre que les rouges sont des hématites, les jaunes des goethites. Les analyses menées à la Mouthe à la fin XIXe siècle, et les découvertes de Font-de-Gaume, en 1901, de Lascaux en 1940, de Rouffignac en 1956, puis de Villars en 1958 confirmèrent l’origine minérale des colorants. On remarqua, toutefois, que, dans la région, les colorants...

    Passez votre lecteur sur ce QR code

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    78 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique