• Tours, capitale des châteaux de la Loire

    Dès l'époque gauloise, les Varennes entre Loire et Cher, riches terres des Turones, sont fortement peuplées et desservies par la Loire qui la relie aux îles de Touraine en aval. Sous l'autorité romaine, au Ier siècle, une cité est fondée : elle est nommé Caesarodunum »(« colline de César »). Ce nom évolue au Bas-Empire après le IVe siècle en s'associant celui du peuple des Gaulois , elle prend le nom de « Civitas Turonorum » puis par altération de « Tours ». C'est aussi au Bas Empire qu'est construit l'amphithéâtre de Tours, l'un des cinq plus grands de l'Empire. 
    Une superbe balade qui nous a permis de découvrir la ville de Tours et tous ses trésors. C'est une visite très intéressante qui nous amène très loin dans l'histoire de Tours.

    SITUATION DE TOURS   RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX   LAIT DE MAI

    Situation nationale

    Situation locale

     

    OFFICE DE TOURISME DE TOURS
    78-82, rue Bernard Palissy - B.P. 4201
    37000 TOURS 
    Tél : +33 (0)2 47 70 37 37 
    SITE WEB

    MAIRIE DE TOURS
    1 à 3 rue des Minimes
    37926 TOURS CEDEX 9
    Tél : 02 47 21 60 00
    Fax : 02 47 21 69 36
    SITE WEB 

     

    A Tours, jeunes gens et jeunes filles allaient le 1er mai à la ferme de le Belle-Fille au Sanitas, boire le lait frais tiré; ce lait donnait force et vigueur et du bonheur pour toute l'année. Cette ferme exista jusqu'en 1930 environ. A Bourgueil, les paysans offraient gracieusement ce lait de mai. La femme la plus âgée de la maison trempait un sarment dans un bol de lait et goûtait en le suçant. Elle disait alors : "Je souhaite du bonheur à tous les présents pour toute l'année", puis elle gardait précieusement le sarment qui servait de garantie aux souhaits formulés. Si l'année donnait du bon vin, le sarment était orné d'un ruban sur lequel on avait inscrit la date et on le conservait soigneusement. Dans le cas contraire, on le brûlait et on le jetait le 1er mai de l'année suivante.

    EXTRAIT DU SITE "LEGENDES" (http://archivepressendlr.free.fr/legendes.htm)


    Cathédrale Saint-Gatien

    ANTIQUITÉ

    Des fouilles modernes entreprises à différents endroits de Tours, dans une vaste zone allant jusqu'à la Loire et le long de celle-ci, ont révélé la préexistence d'un habitat ancien et dispersé1. Sous l'autorité romaine, au ier siècle, une cité est fondée : elle est nommée « Caesarodunum » (« colline de César »). Ce nom évolue au Bas-Empire après le ive siècle en s'associant celui du peuple des Gaulois, elle prend le nom de « Civitas Turonorum » puis par altération de « Tours ». La ville devient la métropole de la province romaine de Lyonnaise troisième vers 380-388, dominant la vallée de la Loire, le Maine et la Bretagne. La cité possède des thermes, un temple et un amphithéâtre. Un réseau de voies romaines met la cité en relation avec ses voisines. À cause de troubles, elle est entourée d'une enceinte pourvue de tours et de poternes vers le ive siècle délimitant le castrum. Le château médiéval de Tours, situé dans l'angle nord-ouest de l'ancienne cité, mis au jour lors de fouilles dans les années 1970, réutilisa cette fortification du Bas Empire.

    LA BASILIQUE ST MARTIN (à gauche la basilique, à droite la collégiale)

    Nous vous disions qu’il ne fallait pas confondre la collégiale et la basilique Saint-Martin. La basilique Saint-Martin est le monument en lieu et place de la collégiale médiévale au XIXe siècle. Cette reconstruction ne fut pas simple et suscita la polémique.

    La collégiale médiévale est en grande partie détruite depuis 1802 (v. article collégiale). Le culte à Saint-Martin fut relancé dans les années 1860 après la redécouverte de son tombeau. Fallait-il alors reconstruire une église au saint ou non ? C’est la question qui divisa les tourangeaux jusqu’au début du XXe siècle, à tel point que l’on parla d’ « affaire Dreyfus tourangelle ", c’est dire ! D’un côté, les catholiques ...

     

    Tours est une ville où l'on trouve une très grande quantité d'église. Voici deux autres édifices religieux intéressants

    ÉGLISE SAINT JULIEN

    L'Église Saint Julien est un des principaux monuments de Tours, elle se situe au début de la rue Nationale au débouché du Pont Wilson qui franchit la Loire.
    En se dirigeant vers l'ouest à partir de la Cathédrale Saint Gatien, longez la rue Colbert, qui est animée et garde plusieurs maisons anciennes. Traversez la petite place Foire-le-Roi où se tenaient les Foires au Moyen Age, c'est là aussi qu'avaient lieu les exécutions des condamnés. Ensuite on arrive devant une église d'allure massive, c'est celle de l'ancienne Abbaye Saint Julien...

     

    LA TOUR CHARLEMAGNE

    Vestige de l’ancienne basilique Saint-Martin, cet édifice datant du XIIe siècle offre une vue panoramique sur la ville de Tours. Les visiteurs sont invités à gravir les 248 marches de ce joyau du patrimoine tourangeau en compagnie d’un guide-conférencier. Sur le belvédère, l’histoire du monument est racontée par le guide ; des tablettes numériques permettent également d’en savoir plus sur les édifices visibles depuis la terrasse.  

    À la fin de certaines visites, une dégustation de produits tourangeaux a lieu en haut de la tour. Ces visites spéciales peuvent se prolonger par une exploration nocturne de la ville grâce au billet couplé « visite-apéro Tour Charlemagne + Tours la nuit ».

    L'ÉPOQUE GALLO ROMAINE

    C'est vers l'an 30 que fut créé Caesarodunum sur une butte la protégeant  de la Loire. Cette cité devient la capitale d'une province Gallo-Romaine (la Troisième Lyonnaise). La ville prend rapidement une certaine importance puisque au IIème siècle elle occupe une surface de près de 100 hectares le long de la Loire. Caesarodunum est alors une ville ouverte. Au IIIème siècle la ville est victime des incursions barbares et elle se replie à l'intérieur d'une enceinte dont quelques éléments sont visibles à la base de l'ancien château et surtout un partie complète subsiste légèrement à l'est de la Cathédrale. La ville est réduite à une surface de 10 hectares autour du château et de la Cathédrale.La collégiale avant 1802

     

    ÉGLISE SAINT SYMPHORIEN 

    L'église Saint-Symphorien se situe de l'autre côté du pont Saint Symphorien. Fondé par l'évêque de Tours Saint Perpet au Vème siècle, l'église actuelle comprend des parties qui remontent au plus tard au XIIème siècle, tandis que le portail date du XVIème siècle. Tout comme le quartier Saint-Etienne, le qu ...

     LA COLLECTIONS DES PHOTOS PANORAMIQUES

    Un clic pour ouvrir la photo panoramique

     

    Un clic pour ouvrir la photo panoramique

     

    Un clic pour ouvrir la photo panoramique

     

    Un clic pour ouvrir l'album photos

     
     
    Pin It

    40 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires