• La commune de Laudun-l'Ardoise, étagée contre la colline Sainte-Foy, au confluent de la Cèze et du Rhône, surplombe la vallée de la Tave et le vaste domaine viticole des Côtes du Rhône. Le plateau de Lacau sur lequel s'élèvent les vestiges gallo-romains du Camp de César domine l'ensemble.
    L'histoire du village de Laudun commence probablement après l'abandon de l'oppidum à la fin du VIe siècle après J.C. Les premiers vestiges du Moyen-âge (Xle-Xlle siècles) se découvrent sur la colline Sainte-Foy où demeurent des pans de murs du château féodal mais également au château de Lascours et au château de Bord. Le premier village ceinturé d'un rempart se devine donc encore dans le Jardin Planchon à travers les caves, escaliers, portes et puits. La chapelle Saint-Géniès, dans le cimetière actuel, en était l'église paroissiale.
    Le bourg s'est ensuite développé vers la plaine avec une deuxième série de fortifications contre lesquelles s'éleva l'église gothique Notre-Dame-la-Neuve (première moitié du XIVe siècle). Laudun, riche commune, était une possession des seigneurs de Laudun. Des moulins installés le long de la Tave témoignent de l'activité économique liée à cette petite rivière.
    Toutefois, le bourg a tiré essentiellement sa richesse et sa renommée de la culture de la vigne. Le XVIe siècle est marqué par l'édification de demeures seigneuriales aux intéressantes façades de style Renaissance. Au XVIIe siècle, la confrérie des Pénitents blancs fait construire sur la colline Sainte-Foy une chapelle qui domine le bourg.

    SITUATION   QUELQUES RENSEIGNEMENTS UTILES   LE VIEUX VILLAGE ET LE MUSÉE

    Situation nationale

    Situation locale

     

    MAIRIE
    144 place du 6 juin 1944 
    30290 Laudun-l'Ardoise
    Tél. 04 66 50 55 50
    SITE WEB

    OFFICE DE TOURISME DE BAGNOLS-SUR-CEZE
    quart Espace St Gilles
    30200
    BAGNOLS SUR CÈZE
    Tél. 04 66 89 54 61
    SITE WEB

      Plus de mille ans d'histoire des sociétés antiques de l'arrière pays languedocien se révèlent peu à peu grâce aux fouilles réalisées sur le Camp de César où vivait une population d'environ 1000 âmes, dès l'époque romaine.
    Selon les témoignages archéologiques les plus anciens, au Ve siècle av. J.-C, une agglomération primitive s'est installée sur le plateau. Cette donnée, purement chronlogique, se retrouve sur la plupart des sites de hauteur de la région, où sont implantés les oppida du Premier Age du Fer, crées à la même époque. Une première communauté gauloise, abritée derrière ses murs, prend progressivement son essor et entretient tout au long de ce siècle des rapports commerciaux privilégiés avec MARSEILLE, comme l'attestent les nombreux vases retrouvés provenant de la colonie phocéenne ainsi que l'emploi de l'alphabet grec.
    Les découvertes faites sur notre territoire, ont mis à jour, outre les traces d'une agglomération relativement importante, un système défensif développé. Le rempart primitif défend l'oppidum à l'ouest, les autres côtés étant protégés naturellement par des falaises abruptes. Cette enceinte est composée de quatre courtines rectilignes qui forment une figure géométrique aux angles ouverts, délimitant un vaste espace de plus de 12 hectares.

    Le camps de César

    PRÉSENTATION

    Tout l’été, Objectif Gard vous emmène à la découverte du Gard, mais sous un autre angle. Au delà des célèbres Pont du Gard, arènes de Nîmes ou duché d’Uzès, notre département regorge de pépites méconnues. Aujourd’hui, partons à la découverte de la commune de Laudun-l’Ardoise, qui renferme des vestiges romains… et un aqueduc.

    C’est une commune atypique, posée entre le plateau du Camp de César et le Rhône, à une dizaine de kilomètres au sud de Bagnols. Une commune connue autant pour sa monumentale église Notre-Dame-la-Neuve, inratable, que pour sa zone industrielle du hameau de l’Ardoise, moins touristique. C’est aussi une petite ville à l’histoire très ancienne, qui a débuté en haut du plateau qui surplombe la commune actuelle, au Ve siècle avant J-C, à l’âge du fer.

    L'OPPIDUM GALLO-ROMMAIN

    A deux kilomètres au nord de Laudun, célèbre pour son vignoble, le Camp de César est un site archéologique de 18 hectares parmi les plus importants de la région.Sur une terrasse calcaire située à 200 mètres au-dessus du sillon rhodanien; l'Oppidum Gallo-Romain, présente des vestiges de cinq périodes d'occupation successives, au premier âge du Fer au Moyen-Age.Situé en belvédère, il offre un point du vue remarquable.
    De nombreux vestiges ont été mis à jour au cours des fouilles : forum, basilique, remparts, quartier artisanal et d'habitat, nécropoles...
    Accès libre.
    Une exposition permanente, au cœur du village, présente les objets les plus significatifs issus des fouilles.
    Les thèmes : l'architecture, la vie quotidienne, l'artisanat, les rites funéraires...
     

    L'AQUEDUC DE BALOUVIÈRE

    Le 15 janvier 1868 est officiellement présenté au conseil municipal de la commune de Laudun, un dossier complet contenant les plans et les devis de deux canalisations permettant de capter l'eau potable de plusieurs sources afin de les conduire vers Laudun. L'intention des autorités était pouvoir faire bénéficier à l'ensemble de la population, 2338 habitants, de conditions nouvelles d'alimentation en eau pour les besoins des ménages ainsi des animaux. Huit bornes-fontaines ainsi que deux abreuvoirs et un lavoir sont donc projetés. Trois sources sont proposées, celles du quartier de Gieu et celle du quartier du Puget. Chacune débite un volume d'eau suffisant en période de grande sécheresse, équivalent à 46 litres d'eau par minute1. Une conduite en tuyau de type Chameroy est envisagée sur les deux tracés alors qu'un récipient maçonné est prévu près de chacune des trois sources. Un autre réservoir de distribution est lui projeté dans le village afin d'alimenter les différents points envisagés.

    Un clic pour ouvrir l'album photos

     
     
    Partager via Gmail Pin It

    48 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique