• Un clic pour vous rendre sur le site de LocronanL’été, la ville est à vous dans la lumière caressante du matin, qui dore les vieilles pierres. D’élégantes maisons, à lucarnes sculptées, entourent la place. L’Eglise Saint-Ronan et la chapelle du Pénity, accolées, font façade commune, sans se mélanger les gargouilles. Dans la nef, la chaire et le vitrail principal retracent plusieurs épisodes religieux. Les rues avoisinantes sont également bordées de charmantes bâtisses. Pour préserver l’authenticité du cœur historique, les voitures restent à l’extérieur et des enseignes traditionnelles signalent les boutiques. Parmi elles, des boulangeries réalisent de redoutables kouign-Amann.

    (Extrait d'une page du Site officiel du tourisme en Bretagne) 

    SITUATION    DÉCOUVRIR    A PROPOS DE LA LÉGENDE DE RONAN

    Situation nationale

    Situation locale

     

    OFFICE DE TOURISME
    Place de la Mairie
    29180 Locronan 
    Tél. 02 98 91 70 14
    SITE WEB

    HÔTEL DE VILLE
    Place de la Mairie
    29180 Locronan
    Tél. 02 98 51 80 80
    SITE WEB

     

    Une vie latine du XIIe raconte l'histoire de Ronan, évêque Irlandais venu en Armorique sur sa "barque de pierre" pour y chercher la solitude que requiert une vie d'ermite.Cette histoire enluminée, d'un genre littéraire très répandu dans la chrétienté médiévale, est plus proche de la légende que du récit historique.

    On y apprend que Ronan est arrivé à la forêt du Nevet, après une escale en Léon où son culte est encore attesté. A l'orée du bois, il construit un oratoire pour y proclamer sa foi. Très vite, les miracles qu'il accomplit et ses propos édifiants lui attirent des visiteurs dont le moindre n'est pas le célèbre Gradlon. Mais il rencontre, dans ce refuge de cultes celtes, une farouche opposition, personnifiée par Keban(ou Keben) , femme de paysan. Le mari de celle-ci aide Ronan à construire une hutte, et devient son disciple le jour où l'ermite contraint un loup à lâcher la brebis qu'il venait de capturer. Keban, jalouse de l'assiduité de son mari auprès du saint, prétend que le solitaire a partie liée avec les loups et qu'il envoûte les humains. Elle va même jusqu'à enfermer sa fillette dans un coffre pour accuser Ronan devant Gradlon de cette disparition. Le roi, embarrassé, soumet l'ermite au jugement de Dieu en lâchant contre lui deux molosses. 


    Église saint Ronan

     LA VIE DE RONAN

    Quelle est la valeur de ce texte ? — A en croire M. Latouche « la Vita Ronani est un document dénué de toute valeur historique. Saint Ronan d'Armorique n'a jamais existé... On a dû imaginer Saint Ronan parce que le nom de Ronan entrait dans la composition du nom de Locronan ». — Mais alors si le nom de S. Ronan vient du mot Locronan, comment expliquer le nom même de Locronan ? Loc est évidemment un préfixe, analogue aux Plou, Guy, Lann, Tref, Ker, Bor de la Bretagne continentale, aux Tre, Ros, Pol, Lan, Car, Pen du pays de Cornwall. Dira-t-on que Brazza ou Orléans viennent de Brazzaville..

    L’ÉGLISE SAINT RONAN

    L'église a été construite entre 1430 et 1480 par les seigneurs du Nevet, avec les dons des ducs de Bretagne Jean V, Pierre II et François II. Elle est érigée à l'emplacement de la chapelle du prieuré dépendant de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé. Sa flèche, foudroyée par trois fois, fut définitivement démolie en 1808.

    L'édifice fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1846.

    L'église est longue de 43 mètres. La largeur de l'édifice s'accroît au niveau des dernières travées du collatéral sud. La grosse tour occidentale, qui a perdu sa flèche, est précédée par un porche surélevé de plusieurs marches. Une chaire du XVIIe siècle se remarque à l'intérieur.

    Le tombeau de saint Ronan se trouve dans la chapelle du Pénity, construite en 1530 par Renée de France, fille du roi Louis XII en annexe de l'église à l'emplacement supposé de son ancien ermitage. La chapelle du Pénity est une construction à une nef, formée de trois travées, dont une seulement, celle de l'ouest, ne communique pas avec l'église saint-Ronan.

    Le saint y est représenté sur une dalle en pierre de kersanton, soutenue par six anges porteurs de blasons ; deux anges veillent à ses côtés, les six autres supportent la table funèbre. Le gisant du saint enfonce de la main gauche sa crosse dans la gueule d'un monstre et il bénit de sa main droite.

     

     

    La Grande Troménie, la prochaine en 2019

    Tous les 6 ans (2007, 2013, 2019...), en juillet, ce pardon presque unique en son genre est l'occasion d'une grande cérémonie à Locronan, dont la tradition remonterait au 10e ou 11e siècle. Cette procession de plus de 12 kilomètres est constituée de 12 étapes (huttes) et reprend le parcours que Saint-Ronan (dit-on) empruntait chaque jour. La Petite Troménie a quant à elle lieu le deuxième dimanche de juillet tous les ans (sauf l'année de la Grande Troménie).


    Une petite Cité de caractère, également classée dans la catégorie « Les plus beaux villages ». De vieilles bâtisses de granit, une église, la place centrale et des rues étroites. Les maisons qui, pour certaines, ont été bâties au XVe siècle. Se balader à Locronan, c'est comme partir à la recherche du temps perdu. Locronan, également un décor de cinéma des Chouans en passant notamment par Un Long Dimanche de Fiançailles.

    Un clic pour voir l'album photos

     

     
     
    Partager via Gmail Blogmarks Pin It

    55 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique