• La Tour  Beauvoir est à l'origine un donjon entouré d'un fossé, dépendant du fief particulier des seigneurs de Beauvoir. Elle devient la propriété des comtes de Blois en 1256.
    Le château royal de Blois est l’introduction idéale à la visite du Val de Loire car il représente la synthèse de l’architecture et de l’histoire des châteaux de la Loire. Sa cour offre un véritable panorama de l’architecture française du Moyen Âge au 17e siècle.Résidence de 7 rois et de 10 reines de France, c’est un lieu évocateur du pouvoir et de la vie quotidienne de la Cour à la Renaissance comme en témoignent les appartements royaux richement meublés et ornés de magnifiques décors polychromes.

    CI-DESSUS : LA TOUR BEAUVOIR


    Agrandir  le plan 

     Situation nationaleLa Communauté d'agglomération de Blois est située en Loir-et-Cher, à 180 kilomètres de Paris et bénéficie de l'axe autoroutier Paris/Bordeaux (A 10).
    Au sein de la Communauté d'agglomération, espaces ruraux et urbains se côtoient, domaines agricoles et forestiers se mêlent harmonieusement aux paysages culturels de la Vallée de la Loire, inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco. Blois, ville centre de 50 000 habitants, coexiste avec de nombreuses communes de moins de 1 000 habitants. Agglopolys, avec ses 732 km², trouve là sa richesse et son équilibre.

    La première forme attestée remonte au VIe siècle et est indirecte. Elle fait référence aux « habitants de Blois » avec le terme blesenses22 (le suffixe latin -ensis indiquant la provenance) ou Blesensibus vers 584, ensuite on trouve Blesis au VIIe siècle24. Des monnaies mérovingiennes indiquent bleso castro.

    La forme originelle du gallo-romain doit être *BLESU, car on aboutit en ancien français à bleis, blais puis Blois par évolution phonétique régulière. Il s'agit d'une formation toponymique préceltique ou celtique (gaulois) que l'on croit reconnaître dans les noms de rivière Blaise (Eure-et-Loir, Marne, de *Blediā) et Blies (Moselle, Blesa 796). Xavier Delamarre reprenant la thèse de François Falc'hun, considère que la radical Bles- représente l'évolution phonétique du mot gaulois signifiant « loup », à savoir *Bledios qu'il compare au vieux breton bleid (breton bleiz), vieux cornique bleit et au gallois blaidd qui signifient tous « loup.


    S'y retrouver dans Blois

    VOIR RENSEIGNEMENTS UTILES CATHERINE DE MÉDICIS ET BLOIS
     OFFICE DE TOURISME DE BOIS-CHAMBORD
    23, place du Château 
    BP 199
    41006 BLOIS 
    Tél : +33 (0)254904141
    Contacter par Mèl. 
    Visiter le site internet de Blois

    Très superstitieuse, Catherine de Médicis ne pouvait prendre aucune décision sans consulter ses astrologues. L'histoire de la prophétie de sa mort est fameuse : son mage personnel Côme Ruggieri lui annonçant qu'elle mourrait près de Saint-Germain, elle abandonne du jour au lendemain la construction du palais des Tuileries dépendant de la paroisse de Saint-Germain-l'Auxerrois, et fuit même le château de Saint-Germain-en-Laye. Quelques années plus tard, dans les premiers jours de 1589, elle tombe malade au château de Blois. Un prêtre se présente à son chevet. Ils parlent longuement. Elle lui demande son nom. "Je suis l'abbé de Saint-Germain, Madame." Quelques heures plus tard, elle était morte !

    Catherine séjourna très souvent à Blois avec ses trois enfants devenus rois, François II, Charles IX et Henri III. Bien entendu, son astrologue et conseiller Ruggieri l'accompagnait le plus souvent. Pour qu'il puisse observer le ciel afin d'établir ses horoscopes, elle lui avait fait construire au sommet de la tour du Foix, legs de la forteresse médiévale du XIIIe siècle, un pavillon carré en briques. Presque cinq siècles plus tard, on y accède toujours par la cage d'escalier garnie de bardeaux de bois, accolée à la muraille extérieure de la tour.

    Souvent, la reine mère s'isolait avec Ruggieri au sommet de la tour du Foix pour examiner son destin et celui de ses enfants. La conservatrice du château, Élisabeth Latrémolière, nous désigne sur la terrasse une grande table de pierre où le mage disposait ses instruments cabalistiques. Il faut les imaginer tous les deux, elle en noir, lui avec sa longue robe, deviser longuement sur l'avenir de la famille royale, alors bien chahutée par les réformés et les Guise.

    Blois en val de Loire

    MAIRIE DE BLOIS
    9, Place St Louis  
    41000 Blois
    Tél. 02 54 44 50 50
    Visiter son site

     Blois en val de Loire

     A la découverte de Blois 

    Découverte de Blois
    Dressée en amphithéâtre sur  la rive droite de la Loire, dominée par les silhouettes du château et de la cathédrale, Blois est représentative des villes ligériennes marquées par la Renaissance et l’époque classique. Son passé de ville royale s’inscrit dans un paysage harmonieux. Ses toits d’ardoise et ses façades de pierre blanche se marient à la verdure du mail et aux jardins classiques de l’ancien évêché.

    Située au cœur de la région des châteaux, la ville de Blois se distingue par un legs historique et un dynamisme culturel qui rendent son offre culturelle, touristique et de loisirs particulièrement attirante.
    Cité royale, riche d’un passé prestigieux, ancien lieu de séjour des rois de France et de la cour au XVIe siècle, Blois est une ville captivante. Son principal monument est le château. Érigé sur un coteau découpé en promontoire au cœur de la ville, il est un résumé de l’architecture française.


    La cathédrale Saint-Louis
    La cathédrale, qui a été classée monument historique le 9 août 1906, bénéficie depuis une quinzaine d’années d’un important programme de restauration aujourd’hui achevé.

    C’est vers 450, que la chapelle Saint-Pierre, première église de Blois, est érigée sur la colline en face du château. Les reliques de Saint-Solenne y sont déposées dans la seconde moitié du Xe siècle. Consacrée collégiale, une crypte est alors aménagée pour abriter le tombeau du saint. Pour faire face à l’affluence des pèlerins, elle est agrandie et devient l’une des plus vastes de son époque. Cette crypte, dont l’accès actuel se trouve à droite du chœur, constitue la partie la plus ancienne de l’édifice.
     

    La Tour Beauvoir

     

    Elle formait au Moyen Âge un fief particulier appartenant aux seigneurs de Beauvoir, vassaux du comte de Blois.

    En 1256, à la suite de l'intégration au comté de Blois, le donjon devint une pièce maîtresse des défenses de la ville. Pendant les travaux que Jean de Châtillon fit réaliser au château de Blois, l'administration de la Justice du comté et la prison qui y étaient jusqu'alors installées, furent transférées à la Tour Beauvoir pour y demeurer pendant plus d'un siècle, jusqu'à la construction du palais de justice. Après la Révolution, la tour étant devenue insuffisante pour recevoir tous les condamnés, on lui adjoignit alors l'ancien couvent des Cordeliers. La prison resta installée dans la tour jusqu'en 1945.

    La tour est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 26 octobre 1948

     
     
    Puis au hasard ...
    Escalier Saint-Martin Fontaine Saint-Martin
    Télécharger le guide du parcours des fontaines
    Hôtel de Villebresme
     
     *****  La visite se termine ici. Si vous avez l'occasion de passer à proximité de Blois n'hésitez pas à vous y arrêter, c'est une ville pleine de charme où il est possible de découvrir de nombreux trésors. Je vous laisse les découvrir.
     
     La château de Blois
     Dressée en amphithéâtre sur la rive droite de la Loire, dominée par les silhouettes du château et de la cathédrale, Blois est représentative des villes ligériennes marquées par la Renaissance et l’époque classique. Son passé de ville royale s’inscrit dans un paysage harmonieux. Ses toits d’ardoise et ses façades de pierre blanche se marient à la verdure du mail et aux jardins classiques de l’ancien évêché. 
    La maison de la magie  
    Depuis plus de  10  ans,  ce musée présente ses collections de magie et d'illusions d'optique ainsi qu'un spectacle vivant qui ravit petits et grands.

    Le musée de la magie Robert Houdin se situe face au château de Blois. Cet espace de 2000m2 répartis sur 5 niveaux livre ses trésors - objets et illusions d’optique - une fois que les visiteurs sont courageusement passés devant un dragon à 6 têtes>…

     

     Le dragon à 6 têtes

    Toutes les heures, une étrange musique s’échappe des fenêtres du musée de la magie à Blois. Attention, pas moins de 6 têtes de dragons en sortent à ce moment-là. Ces gardiens du musée finalement très sympathiques sont des automates qui invitent les promeneurs à pénétrer dans l’antre de la magie.

    Visitez la maison de la magie de Blois

    Jean Eugène Robert-Houdin, horloger-mécanicien, prestidigitateur et inventeur, est né à Blois le 6 décembre 1805 et mort à Saint Gervais près de Blois, le 13 juin 1871. Il est considéré comme étant le plus grand illusionniste et prestidigitateur de tous les temps. Presque tous les "grands trucs" de la magie actuelle proviennent des perfectionnements de ses découvertes.

    Ce créateur hors pair était aussi un grand constructeur d'automates qu'il présentait dans son théâtre des "Soirées fantastiques" au Palais Royal.

    Un clic pour ouvrir l'album photos

    Partager via Gmail Pin It

    45 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique